« Apprentis Reporters, une histoire de point de vue-12 & 13 »

Derushage et transcription. Voilà ce que nous avons fait durant les deux journées. Une partie du travail devait être fait chez nous et malheureusement tout le monde ne l’a pas fait, alors nous faisons du derushage en temps réel.

C’est à dire que Michel a emmené son grand Mac avec le logiciel Final Cut Pro  et nous faisons défiler les rushs et choisissons directement les séquences à garder. « TC IN, TC OUT »… « Ciseaux » et c’est coupé. « Control S » c’est sauvegardé. Surtout il ne faut pas oublier de sauvegarder. Ça serait bête de passer autant de temps pour réaliser notre film et que l’ordinateur « plante »…. Coupé et sauvegardé. Et Hop le tour est joué.

C’est quand même une ambiance détendue car qu’est ce qu’on peut rire lorsque l’on réécoute les images. Je pense que d’ici peu un bêtisier de « CLAPS de TOURNAGE » arrivera sur le blog. Et Michel n’y échappera pas car il a des tics de langage aussi.

Selon les dires de Michel, nos images et notre son, sont totalement exploitables pour faire notre film. Et même si nous avons oublié de varier les valeurs de plan durant les interviews, Michel nous a appris comment rattraper cet oubli en montage. Il faut « ZOOMER dans l’IMAGE ». Vive le numérique !

Durant ces ateliers de derushage-montage, nous apprenons également à faire une sélection rapide des images et des propos que nous voulons « donner à voir et à entendre » selon l’expression de Michel. Il faut une énorme mémoire pour envisager qu’une phrase peut être une réponse à une autre. Et que le tout va faire que le film sera fidèle à ce que l’on désire montrer. C’est tout l’art du montage et je crois qu’après cela on verra les reportages différemment. Car on saura la quantité de travail qu’il faut pour faire ne serait ce que 6 minutes de film. Par exemple pour notre reportage nous avons 3 heures de rushs. Il nous faudra donc 6 heures de derushage car c’est la règle de deux pour un. C’est tout simple comme calcul, non ? Bon je me replonge dans mon derushage et à bientôt.

 

Laisser un commentaire