Dans les villes de grande solitude

C’est après avoir constaté qu’il ne suffisait pas d’être nourri, vêtu ou même abrité pour avoir une chance de se sortir de la précarité, que certaines personnes issues de la rue, sont à l’origine de la création de la Bagagerie de Bordeaux, Rue Ausone. Accueilli par les conseils d’Annick et Catherine, chaque usager va pouvoir y déposer ses sacs qui pèsent lourd. Il va aussi « sécuriser » ses papiers, car on devient vite un anonyme en plus d’être un exclu. On peut y prendre une douche, un café, et pendant ce temps une machine à laver nettoie le linge sale. C’est un lieu où les « invisibles » existent. On les voit, on leur parle, ils discutent entre eux. À la faveur d’échanges avec Annick et Catherine, chaque usager recevra des conseils, de l’aide, et du réconfort.

J’ai passé un an dans ce lieu. A écouter, à observer, à filmer les personnes que j’y croisais. J’ai vu de la joie, de l’agitation et parfois même de la colère. Des vies et un mélange d’émotions digne d’en faire un film… alors bon visionnage

Pour visionner le film en entier suivez le lien ci-dessous :

https://vimeo.com/207171460

Laisser un commentaire